L'aut'journal
Le samedi 19 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
AD MARE USQUE AD MARTIN
N° 225 - janvier 2004

Une butée sur la folie du docteur Ferron
Pierre Migneault
Durant les années 80, en même temps que Ferron rapaillait une quinzaine de textes et les réunissait en catastrophe sous le titre de La conférence inachevée, et qu’il choisissait, à part cette double histoire de Maski et de Rosaire, il se confiait à Pierre L’Hérault, accompagnateur respectueux d’un Ferron fatigué, mais encore très alerte, faisant à sa manière, bien sûr, son « autoportrait » et posant un dernier regard sur sa vie, son œuvre.

Le projet ferronien, en effet, est un projet démesuré, fou : mieux dégager les fondements et la langue d’un pays, renverser les rapports hommes-dieux, remanier la sphère céleste et cartographier le ciel et l’imaginaire québécois, rappeler les rapports troublants entre la folie et la sagesse, rendre son dû, à la Shakespeare, aux violentes turbulences des astres, aux passions humaines et aux changements de toutes sortes dans le milieu ambiant… Être un « témoin », comme les fous, de la difficile condition humaine, en terre québécoise…

L’histoire de Maski et, à sa façon, celle de Rosaire relatent, selon moi, le bilan final et le deuil de ce projet ferronien grandiose. Ferron, surtout sous le titre de « L’écrivain et ses doubles », parle d’ailleurs abondamment et crûment de sa dernière butée sur la folie, celle de l’autre, la sienne en écho, par le truchement de Maski et de Rosaire.

Extrait de la préface

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.