L'aut'journal
Le mercredi 19 septembre 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
AD MARE USQUE AD MARTIN
N° 225 - janvier 2004
Paléonto-conservatisme
Think-tank-toc !
Laila Maalouf
Selon un rapport publié en octobre dernier par la Coalition solidarité santé (CSS), l’Institut économique de Montréal (IEDM) n’est pas un « institut de recherche et d’éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif », mais bien « un lobby puissant, financé par des compagnies en secret, travaillant pour celles-ci, et qui a une influence très importante mais opaque sur les décideurs politiques. »

L’Institut se définit d’ailleurs lui-même comme un think-tank au Québec, et aurait ses entrées directes auprès du Parti libéral, dont les projets de réingénierie de l’État ressemblent étrangement aux points de vue de l’Institut.

L’Institut est lié à l’Institut Fraser, basé en Colombie-Britannique. En fait, il ne serait que sa filiale québécoise, et, toujours d’après la CSS, il aurait changé de nom parce que le Fraser Institute sonnait trop anglais pour être populaire au Québec. Tout comme l’Institut Fraser, l’Institut économique de Montréal est financé par des grandes compagnies pharmaceutiques, telles que la multinationale Pfizer, qui ne feraient que bénéficier de la privatisation et de la déréglementation.

La position de l’IEDM, qualifiée de paléonto-conservatrice par la CSS, sur tous les sujets d’intérêt public en général (santé, éducation, eau, logement, dépenses sociales, lutte contre la pauvreté, environnement) reste toujours la même : ouverture des marchés, remise en question des « monopoles » d’État, promotion de la privatisation et libre concurrence.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.