L'aut'journal
Le jeudi 24 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
AD MARE USQUE AD MARTIN
N° 225 - janvier 2004
L’autocensure
Plus c’est croustillant, plus ça se vend !
Laila Maalouf
Helen Malmgren décrit, à travers son expérience personnelle dans les réseaux télévisés américains CBS at ABC, comment l’enquête télévisée est soumise, depuis plusieurs années, à de grands bouleversements qui la déstabilisent et lui font perdre du terrain.

« Traquant l’anecdote croustillante » qui la distinguerait des chaînes concurrentes, elle cède le pas devant les enquêtes-spectacles, et succombe devant les menaces judiciaires qui risqueraient de peser contre elle.

À son avis, depuis l’affaire O.J. Simpson en 1994, l’information télévisée est désormais présidée par un sujet du jour qui a droit à une couverture bien plus large qu’autrefois. D’un côté, Malmgren affirme que les chaînes télévisées subissent les dérives des journalistes qui « achètent » des informations ou en « dérobent » d’autres à des confrères, formant ce qu’elle surnomme « une meute sans foi ni loi consacrée au culte de l’audimat ».

D’un autre côté, le journalisme d’enquête télévisé plie, selon elle, face aux actions en justice. « Un peu partout on s’alarme des pressions inquiétantes qui s’exercent sur la liberté d’informer et l’on pronostique la mort prochaine du journalisme d’enquête. »

Helen Malmgren dénonce là une soumission du journalisme d’enquête aux intérêts de l’Amérique des affaires, revenant sur le reportage d’ABC sur l’affaire Food Lion, en 1992, qui accusait la chaîne de supermarchés de reconditionner des produits périmés.

La pièce maîtresse du reportage consistait en une série d’images prises grâce à une caméra cachée. Les avocats de Food Lion attaquent ABC, axant leur plainte sur les méthodes déployées par les reporters, qui auraient filmé des ouvriers undercover, sans décliner leur qualité de journalistes.

Le jury condamne ABC pour dommages et intérêts, déclenchant un débat général : comment l’enquêteur peut-il s’infiltrer dans un milieu où ont lieu des activités illégales s’il doit travailler à visage découvert ?

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.