L'aut'journal
Le jeudi 17 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
AD MARE USQUE AD MARTIN
N° 225 - janvier 2004
The Revolution Will Not Be Televised nous présente le premier coup d’État latino-américain du 21e siècle
La révolution sera-t-elle télévisée ?
Vincent Larouche
On croirait presque assister à une fiction tant le tout est bien ficelé, avec un personnage principal charismatique, de vils opposants et plusieurs rebondissements. Pourtant, The Revolution Will Not Be Televised ne nous présente que la réalité: le premier coup d’État latino-américain du 21e siècle, et le premier coup d’État médiatique du monde.

Les scénaristes Kim Bartley et Donnacha O Briain qui suivaient le président vénézuélien Hugo Chavez depuis des mois étaient à ses côtés lors du putsch organisé par la patronat et les médias en collaboration avec la CIA en avril 2002. Caméra à l’épaule, ils nous permettent de suivre en direct les derniers moments de Chavez avant qu’il se livre à ses ennemis pour éviter un bain de sang, mais aussi son retour triomphal après un soulèvement du peuple et d’une partie de l’armée.

Banni de plusieurs festivals à travers le monde pour son contenu « controversé », The Revolution Will Not Be Televised permet aussi de bien saisir la situation politique au Venezuela. Le film nous montre la véritable relation d’amour qui existe entre les 80 % de pauvres et leur président. Ce sont ces mêmes gens qui prendront la rue par dizaines de milliers après le remplacement de Chavez par le patron des patrons, Pedro Carmona, et qui forceront le départ de ce dernier en exil à Miami.

Dans un souci de parité, les documentaristes donnent aussi la parole aux opposants de Chavez, formés majoritairement des 20 % de la population plus aisée. On peut y voir des bourgeois sous leur jour le plus hideux, refusant que Chavez donne le pouvoir à des pauvres « sans valeurs et sans éducation ».

Et s’il y a bien quelque chose qui frappe dans le film, c’est le niveau d’éducation des habitants des taudis, auxquels Chavez a demandé de lire le plus possible. Ils citent allègrement n’importe quel article de leur fameuse « constitution bolivarienne », et expliquent les rouages de la politique locale aux étrangers, comme nous, qui sommes loin de saisir tout ce qui se trame dans ce Venezuela nouveau.

The Revolution Will Not Be Televised, un film de Kim Bartley et de Donnacha O Briain

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.