L'aut'journal
Le vendredi 22 juin 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
AD MARE USQUE AD MARTIN
N° 225 - janvier 2004

Quand on se compare, on se révolte
Pierre Dubuc
Le fait que les employés de l’État demandent des augmentations de 12,5 % sur trois ans en a fait bondir plus d’un. Quoi ? Des gens qui gagnent en moyenne 35 000 $ par année osent demander des hausses de salaire supérieures à l’inflation.

Quelle horreur ! Mais où est donc passé leur sens civique ? À titre de comparaison, voici les montants qu’ont touchés, en 2002, certains chefs d’entreprise.

• Pierre Karl Péladeau (Quebecor) 1 442 000 $

• Robert Brown (Bombardier) 1 660 000 $

• Robert Milton (Air Canada) 1 128 000 $

• Louis Audet (Cogeco) 835 000 $

• Jean-Marc Eustache (Transat A.T.) 949 000 $

• Rémi Marcoux (Transcontinental) 1 802 000 $

Et encore, ils font figure de parents pauvres si on les compare à leurs confrères qui, eux, ont de « vrais » salaires :

• Jacques Lamarre (SNC-Lavalin) 5 506 000 $

• Michael Sabia (BCE) 3 399 000 $

• Alain Bouchard (Couche-Tard) 6 634 000 $

• Paul Tellier (Canadien National) 9 892 000 $

• Daniel O’Neill (Molson) 18 821 000 $

• Pierre Lessard (Métro) 28 310 000 $

Évidemment, dans ce contexte, on comprend notre premier ministre et ses acolytes de trouver un peu exagéré que les « manants » demandent 12,5 % en trois ans, surtout quand ils en gagnent déjà 35 000 $ par année… comparitivement au 77 561 $ par jour de Pierre Lessard.

Source : Syndicat Canadien de la Fonction Publique

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.