L'aut'journal
Le mardi 21 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Bullshit !
N° 224 - novembre 2003
Une sainte colère
Les journées de l’inculture
Gilles Derome
Le concepteur ou les concepteurs des pages publicitaires des journées de la culture font dans l’inculture. Un concept défendable. La comédienne ne fait pas de la poterie, elle fait de la bouette. Elle se barbouille. Se salit et lance la terre sur les murs. Dans la même logique, il faut que le photographe qui a pris la photo soit incapable de cadrer ou de faire son foyer, il faut que le scripteur soit incapable d’écrire correctement et que l’imprimeur imprime des salissures. Il faut également que madame la ministre Beauchamp, ou mesdames Moreau, Sicuro, Courville et monsieur Laurent disent des âneries et que leur photo soit imprimée tout croche.

J’imagine que l’an prochain on voudra attirer l’attention sur la peinture, la danse ou le piano et qu’on demandera à un comédien de se barbouiller de gouaches, de tomber en bas de ses pointes ou de tapocher sur un piano.

La publicité doit respecter la culture qu’on lui demande de démocratiser, elle ne doit pas faire de la bouette avec tout ce qu’elle touche. Lin-tsi, un penseur chinois du IXe siècle, disait que le vrai miracle, ce n’est pas de voler dans les airs ou de marcher sur les eaux : c’est de marcher sur la terre.

Le vrai miracle durant les Journées de la Culture ce n’est pas qu’une comédienne fasse semblant de voler dans les airs ou de marcher sur les eaux, c’est qu’une vraie et jolie potière tourne sur son tour un simple bol de terre.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.