L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Bullshit !
N° 224 - novembre 2003
Une conférence d'Omar Akhtouf
Pas question, ni gel, ni dégel, la gratuité totale !
Vincent Larouche
Est-ce que l’éducation devrait être gratuite ? Pour Omar Akhtouf, professeur aux HEC et militant de l’UFP, le simple fait de poser la question prouve que notre civilisation a atteint un niveau de barbarie incroyable.

Invité à donner une conférence à l’UQAM sur l’éducation, le professeur a rappelé cette citation éloquente de Jean Charest, qui a déjà affirmé que le rôle de l’éducation n’était que de « produire du bon capital humain pour le marché ».

Pour M. Akhtouf, si l’éducation gratuite n’est plus une priorité, c’est peut-être parce que le capital réclame de moins en moins une main-d’œuvre éduquée. À titre d’exemple, il cite le fait que 47 % des employés des multinationales américaines sont des analphabètes totaux : des gens qui ne peuvent pas lire un talon de paye, encore moins un bilan financier et qui ne remplissent habituellement pas de griefs.

Omar Akhtouf a d’ailleurs exhorté les étudiants présents à exiger la gratuité scolaire complète, dans l’intérêt de la société québécoise. Questionné sur l’éventualité d’une grève étudiante cet automne, il s’est exclamé :« La grève ? Bien sûr! Tous les moyens possibles, les plus visibles et les plus dérangeants sont à envisager face à ce gouvernement ! »

Le professeur a aussi souligné qu’il ne fallait pas se laisser arrêter par les arguments selon lesquels l’État n’aurait pas les moyens d’instaurer la gratuité. « Son rôle est d’aller chercher l’argent où il est. Et où est-il ? Dans les fiducies de Péladeau, Paul Martin et Desmarais. »

Son collègue Gaétan Breton, enseignant à l’UQAM, a aussi déploré l’attitude des certains secteurs du mouvement étudiant qui se bornent à réclamer le gel des frais, qui ne constituerait « qu’un accident de parcours dans la lutte pour la gratuité ».

« Si l’on ramène la lutte à des concepts fondamentaux, on va se rendre compte qu’il ne faut pas se concentrer sur le gel mais bien sur la gratuité complète », a-t-il ajouté. Vincent Larouche

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.