L'aut'journal
Le mercredi 26 juin 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
L'homo libéralus !
N° 223 - octobre 2003

Attention aux remugles d’estomac et aux viscères qui s’envolent
Ramon Vitesse
Avec cette récolte de cultures vivaces automnales, mettons bas les masques de l’horreur et combattons nos peurs à oser nos rêves.

En guise d’entrée fulgurante présentons Where there is power, there is always resistance (G7 Welcoming Committee) de MALEFACTION dont la brutalité « grindcore » en effrayera plus d’un. Éminemment virulent ce quatuor de Winnipeg évoque la colère avec les hurlements d’un chanteur dénonciateur. Les mensonges abrutissants de ceux qui s’arrogent le pouvoir sont passés au crible. Sur le plan sonore nous avons droit à une avalanche aussi soudaine que dévastatrice. Si les textes livrent souvent de sombres observations sur la marche d’un monde aveuglé par des prétextes (concurrence mondiale, crise sécuritaire, etc.) , ils offrent également beaucoup d’espoir quant au réveil des populations.

Les Originaux inquiets (Seppuku/Local Distribution), le second album d’ALLIGATOR TRIO traque nos nombreux démons au moyen de mots transfigurés par des collages abracadabrants. Il s’avère que ce sont des révélateurs comiques concernant les chars inopérants, les croyances décervelantes et la mainmise du cannibalisme comme mantra consumériste. Notons au passage que leur « blues-rock adipeux » perd un rien de hargne pour gagner en lisibilité auditive. Un groupe métronomique et explosif à voir sur scène de toute urgence.

Que diriez-vous de rencontrer des monstres ? Voici LES OGRES DE BARBACK ! Toujours en équilibre sur un fil de fer imaginaire pourtant pétri de réalisme, ces jeunes Français libertaires débarquaient, fin septembre, pour une première au Québec. Loin des clichés chanson, tzigane et musette, voire fanfare brinquebalante, ces deux frères et deux soeurs multi-instrumentistes émaillent leur propos comme leurs mélodies d’un vent de liberté indispensable aux gens du voyage. Et pour cause: ils en sont eux-mêmes, notamment avec leur farouche indépendance et un projet de chapiteau itinérant pour tourner... Leur quatre disques sont enfin disponibles ici. Croc’Noces (IRFAN/Local Distribution) s’affirme comme un essentiel en essaimant une poésie en lutte et des notes dangereusement heureuses. Aussi à considérer: Un Air, Deux Familles, un album réalisé en route collectivement avec LES HURLEMENTS DE LÉO.

En guise de BD tartes à la crème, voici deux titres pas piqués de vers qui tartinent des bulles plutôt raides. GUERSE et PICHELIN, des auteurs en provenance de l’underground avec des antécédents chez Requins Marteaux, se fendent d’un premier « album cartonné dur » (la consécration en BD franco-belge). Les losers sont des perdants (Fluide Glacial) distille une demi-douzaine de courtes histoires campées dans un rave minable pourtant gratifié d’un nom pompeux; « Jour de fête ». Loin des clins d’oeil à la Tati, c’est un jeu de massacre désopilant avec, notamment, de succulentes visites à l’ANPE (équivalant d’Emploi Québec). Un humour imbibé de dérisoire doublé d’un dessin abrasif aux hachures et aux bulles pleines d’à-propos.

Pour s’achever en hiatus, quoi de mieux que le vitriolisme scatologico-social d’un VUILLEMIN qui ne respecte rien en ré-inventant, à l’instar d’un Reiser ou d’un Willem, le dessin de presse trash. Attention aux remugles d’estomac et aux viscères qui revolent quand ce n’est pas le miroir d’incestueux humanoïdes corrompus jusqu’à la moële. Et ça s’intitule ? Le Meilleur de... (Albin Michel).

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.