L'aut'journal
Le dimanche 17 février 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
L'homo libéralus !
N° 223 - octobre 2003

La presse est un chien muselé
Laila Maalouf
À travers une enquête qui lui a coûté son poste au San Jose Mercury News, le journaliste américain Gary Webb a découvert avec indignation que la presse américaine est le « véritable chien de garde de la CIA », qu’elle n’est libre que tant qu’elle surveille ce qu’elle met à jour.

Webb est l’un des quinze journalistes qui ont brisé la loi du silence dans le livre Black List.

Ainsi, en 1996, lorsque son enquête, Dark Alliance, paraît dans le journal et sur le site Internet, exposant les liens entre la CIA et les trafiquants de cocaïne sud-américains, sa réputation de défenseur ardent de la presse écrite est déjà faite. « Si quelqu’un a cru dur comme fer à la mission sacrée du journaliste, c’est bien moi. Mes premiers patrons, […] m’avaient surnommé Woodstein, en référence aux deux journalistes du Washington Post qui ont révélé l’affaire du Watergate » (Bob Woodward et Carl Bernstein).

Selon les résultats de l’enquête approfondie de Gary Webb, la CIA aurait soutenu, dans les années 1985, un réseau de trafic de drogue à l’origine du premier pipeline entre les cartels sud-américains de la cocaïne et les quartiers noirs de Los Angeles. Ce réseau était par ailleurs lié à la Contra, un groupe armé composé d’anciens militaires nicaraguayens, d’exilés cubains et de mercenaires. La Contra était elle-même financée par la CIA pour déstabiliser le gouvernement sandiniste au pouvoir à Managua.

La CIA a évidemment discrédité l’histoire, démentant tous les faits. Aucun des grands quotidiens influents qui appartiennent « au club très sélect qui définit l’orientation des informations nationales », c’est-à-dire le Washington Post, le New York Times et le Los Angeles Times, selon Gary Webb, n’ont soutenu le San Jose Mercury News. La dangereuse découverte du journaliste audacieux a été enterrée comme une rumeur dispersée par Internet et reprise par le quotidien d’une petite ville. « Les petits journaux régionaux n’ont pas leur place dans ce saint des saints médiatique », affirme Webb.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.