L'aut'journal
Le lundi 26 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Finies les folies !
N° 222 - septembre 2003
Boycottage
Labatt n’est plus une bière syndicale, c’est de la bière de scab !
Vincent Larouche
La direction a présenté pour la deuxième fois ses offres « finales » aux 950 grévistes du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Brasserie Labatt, affilié à la Fédération du commerce de la CSN.

Pour la deuxième fois, les syndiqués, en grève depuis le 16 juin dernier, ont rejeté la proposition patronale et promis d’intensifier les moyens de pression.

« C’est sûr que certains employés y trouvaient leur compte, a expliqué Jacques Nadeau, président du syndicat. L’employeur n’est pas fou, son offre visait clairement à acheter une part du vote. »

L’iniquité entre nouveaux et anciens employés est au cœur du débat : au cours des quatre prochaines années, plus de 380 travailleurs de Labatt prendront leur retraite, et 200 des remplaçants ne pourront bénéficier des conditions de travail des employés actuels.

Le vice-président aux affaires publiques de la Brasserie Labatt, Paul Wilson, a déclaré qu’il n’était pas question pour la compagnie de bouger sur la sous-traitance.

« De toute manière, a-t-il ajouté, cette question relève bien plus du débat de société que de la négociation d’une convention collective. »

Les ventes de bière chez Labatt ont diminué de 10 % depuis le début du conflit.

La direction a fait appel à des agents de sécurité pour escorter les camions de livraison et doit maintenant importer de la bière de ses autres usines au Canada, notamment celles d’Ontario.

Pour le syndicat, tous les moyens de mobilisation nationale sont maintenant à l’étude : boycott, campagne d’information sur le conflit, tournée des quatre coins du Québec. Des autocollants sont déjà apparus à l’entrée de plusieurs dépanneurs, avertissant les clients que « Labatt n’est plus une bière syndicale, c’est de la bière de scab ! »

Les employés ne manquent d’ailleurs pas d’imagination pour mettre de la pression sur l’entreprise. Dernièrement, 175 travailleurs en grève sont allés prendre une bière Molson à la brasserie Chez Magnan. Ils ont ainsi monopolisé l’heure du lunch chez l’un des plus gros clients de Labatt à Montréal. L’expérience n’ayant pas déplu à la direction de l’établissement, les syndiqués ont annoncé qu’ils poursuivraient l’expérience.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.