L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le mouton est mort ! Vive le cochon !
N° 221 - juillet 2003
Cargill
Une poignée de travailleurs font plier une multinationale états-unienne
Pierre Dubuc
C’est la voix nouée par l’émotion que Gilbert Saint-Laurent – après avoir remercié toutes celles et ceux qui avaient appuyé les 42 familles de lockoutés de la Cargill à Baie-Comeau – a rendu hommage à celle dont l’appui avait été indéfectible depuis le début : son épouse, Claudette D’Amour.

Pour tenir pendant trente-huit mois face à la troisième plus grosse multinationale du monde, avec un chiffre d’affaires de 56 milliards $ et 88 000 employés, il faut être tenace, courageux et… optimiste ! Trois qualités qu’on devine chez le président du syndicat CSN.

Rencontré au congrès de la FNEEQ-CSN, dans le cadre de sa tournée pour remercier les syndicats qui ont appuyé les travailleurs de Cargill pendant ce long conflit, Gilbert Saint-Laurent n’est pas peu fier de souligner qu’ils n’ont pas signé à rabais. « Au contraire, lance-t-il, nous avons réussi à faire disparaître les clauses orphelin », un motif de fierté suprême pour ce travailleur qui prend sa retraite en juillet après 43 ans de travail à la Cargill.

Sur la photo, Gilbert Saint-Laurent, Denise Boucher, la « marraine » du conflit à la CSN, et sa femme Claudette D’Amour.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.