L'aut'journal
Le mardi 19 novembre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Une ristourne de 1 145 075 $ à Alban D'Amours
N° 220 - juin 2003

Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or à Toronto !
Martin Dufresne
Ève Lamont, Raymonde Provencher et Carole Laganière primées au célèbre festival international du film documentaire Hot Docs

Ève Lamont, auteure du long métrage Squat ! sur l’occupation autogestionnaire d’un immeuble de la rue Préfontaine en 2001 à Montréal (et la répression médiatico-politico-policière qui y a mis fin), vient de remporter le prix de la Meilleure réalisation d’un long métrage canadien au festival Hot Docs de Toronto.

Le jury, qui comprenait notamment Arsinée Khanjian, a préféré Squat ! à huit autres longs métrages canadiens. Ses membres ont salué « la démarche innovatrice et chaleureuse de la réalisatrice dans un dossier aussi politiquement chargé que dérangeant ».

Squat ! s’est également démarqué en valant à Ève Lamont le Prix Humanitaire, accordé au/à la « cinéaste du Canada ayant réalisé un documentaire social ou politique particulièrement puissant qui illustre des valeurs humanitaires ». Pour ce prix, le jury a préféré Squat ! à 33 autres films mis en nomination, applaudissant « sa structure étonnante et innovatrice qui dépeint une collectivité habituellement rejetée au nom de sa raison d’être ».

Deux autres cinéastes québécoises ont également raflé l’or pour le Québec. Carole Laganière a gagné le prix du Meilleur court ou moyen métrage canadien avec Un toit, un violon, la lune, un attachant portrait des aînéEs qui logent au Chez nous des artistes, à Montréal. Une des membres du jury qui a attribué ce prix était la journaliste Michele Landsberg.

Un toit, un violon, la lune a également valu à Carole Laganière une deuxième place pour le Prix du public du festival, juste derrière un autre cinéaste indépendante québécoise, Raymonde Provencher, plébiscitée par l’auditoire du festival pour le film War babies/Nés de la haine, au sujet des enfants nés à la suite de viols commis en temps de guerre.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.