L'aut'journal
Le samedi 19 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Les boys 3 1/2
N° 206 - février 2002

Les jeux sont faits... Rien ne va plus !
François Parenteau
Rien ne me gène plus à regarder que les émissions de loteries où des gens peuvent gagner des prix à la télévision. Je ne parle pas des Quizz où le concurrent a au moins le plaisir ludique de répondre à une question. Je parle de ces jeux style "Poule aux oeufs d'or" où seul le hasard décide. Je trouve ça d'une totale vulgarité qu'on donne ainsi en spectacle la cupidité. Et quand on voit quelqu'un gagner qui en avait vraiment besoin, c'est encore pire. Je deviens mal et je change aussitôt de poste.

J'ai vu la semaine dernière le paroxysme de ce voyeurisme éhonté, « Célébrations 2002 », une émission de style gala où étaient réunis des gagnants préalables, tous sur le 36, qui avaient la chance de gagner « live » de gros gros lots. Francis Reddy animait, Corbeil regardait les boules sortir comme toujours et c'était entrecoupé de performances de Claude « Casino » Dubois et les très mal nommés « Respectables ».

Souvenez-vous, il n'y a pas si longtemps, la SQ allait régulièrement arrêter des Indiens qui organisaient des bingos. À cette époque, on disait que le jeu était immoral. Maintenant, on construit des casinos rutilants et le jeu s'annonce partout, sans gêne. Sur les Îles à Drapeau, on a même transformé un musée en casino. Souvenez-vous, on l'appelait le musée de la civilisation... Eh bien aujourd'hui, appréciez le symbole0 l'appât du gain et l'argent facile ont tué la civilisation.

La loterie des rois c’est la faillite du peuple

Faudrait d'ailleurs fouiller cette théorie0 c'est peut-être ça qui a détruit l'Égypte et l'empire aztèque. Les rois ont dû organiser des loteries pour financer leurs gros projets et, peu à peu, tout le peuple s'est retrouvé en faillite.

L'objection de notre gouvernement aux bingos dans les réserves n'était donc pas une question d'éthique, mais bien une vulgaire guerre de territoire... On a maintenant le jeu sans réserves... Et pas à peu près. À cet égard, j'ai vu récemment un documentaire sur le jeu dans la région de Charlevoix qui révèle l'ampleur du phénomène.

En passant, c'est la nouvelle mode au Québec. Quand il y a quelque chose qui accroche, un problème social d'envergure, quelqu'un fait un film qui brasse la cabane mais après que la poussière retombe, tout reste à peu près pareil. Le documentaire-choc ne tient pas lieu de mobilisation...

Inciter, c’est informer

Considérons seulement les diverses exceptions dont bénéficie ici le jeu pour extorquer de l'argent aux contribuables récalcitrants. Dans les points de vente, les terminaux de Loto-Québec diffusent des incitations permanentes à acheter des billets de loteries et des gratteux. Loto-Québec affirme que c'est pour informer ses détaillants. Sauf que, petit détail, l'écran est tourné vers les clients !

D'ailleurs, les employés des dépanneurs doivent suggérer à chaque client d'acheter une loterie ou un gratteux. En principe, ils peuvent offrir n'importe quoi, mais cette directive émane clairement de Loto-Québec. Et on les surveille pour voir s'ils le font ! Un jour d'hiver particulièrement froid, dans un dépanneur, un vendeur moins docile que les autres m'a offert une poche de glace avec ça. Quand j'ai compris l'acte de résistance qu'il accomplissait ainsi, j'ai eu envie de lui en acheter.

Il y a aussi le fait qu'alors qu'il faut sortir du Spectrum pour griller une cigarette, dans tout endroit où se trouve une minable loterie vidéo, il est permis de fumer. C'est bien connu, les joueurs sont souvent fumeurs et il ne fallait pas les rebuter... Il y a bien des avertissements sur les machines... Quand elle est arrêtée! Et par une étrange coïncidence, dans un casino, les guichets automatiques ne donnent rien en bas de billets de cinquante dollars !

La maladie de l’un, c’est le remède de l’autre

On dira que c'est de l'emploi, que ça rapporte à l'État qui en a bien besoin pour soigner les malades alors que personne ne veut payer d'impôts. On dira que la majorité n'a pas de problèmes et que les gens sont responsables d'eux-mêmes... Des fois, je comprends les islamistes de nous trouver, nous ces « chiens d'infidèles », corrompus et sans valeurs morales. Cacher les femmes dans des scaphandres et empêcher les gens de chanter relève d'une mentalité particulièrement casseuse de party mais me semble qu'il doit y avoir moyen d'avoir une certaine éthique sans aller jusque là.

Les Chinois de Montréal, eux qui sont particulièrement touchés par les problèmes de gambling, ont dit cette semaine que c'était assez. Quand ils ont vu qu'un projet de mini-casino se dessinait pour leur quartier, ils n'ont pas fait un film. Ils ont pris des pancartes et ils sont allés voir leur député. Et ça a marché, semble-t-il. Il n'y aura pas de casino dans le quartier chinois.

Enfin, j'imagine qu'on fera un film là-dessus...

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.