L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Ce qu'on nous cache sur l'irlande du Nord
N° 215 - décembre 2002

Agropur a trahi le Saguenay-Lac-Saint-Jean
Vincent Larouche
La formation de coopératives, des entreprises appartenant à leurs membres et fonctionnant dans une autre logique que les traditionnelles entreprises capitalistes, est généralement comprise comme une façon plus humaine de faire des affaires. Cette vision du coopératisme a cependant été ébranlée à Chambord, au Saguenay-Lac-St-Jean, où la coopérative Agropur continue depuis longtemps déjà à se comporter comme la pire des multinationales.

L'entreprise, qui est aujourd'hui la plus importante coopérative laitière au Canada avec un chiffre d'affaires de 1,8 milliards de dollars et des intérêts aux États-Unis, a décidé de fermer son usine de transformation du lait à Chambord pour centraliser les opérations à Granby. Dur coup pour la région qui travaille d'arrache-pied à développer le secteur des transformations en son sein.

Pas de transformation dans les régions ressources

L'usine de Chambord étant la plus importante usine de transformation du lait dans la région, c'est toute l'économie du coin qui subirait les contrecoups de sa disparition. Les gens du coin se sentent d'autant plus trahis que la ville de Chambord a donné d'importants congés de taxes à Agropur quand elle est arrivée et que le gouvernement, content de voir la région se développer, lui a offert de généreuses subventions. Tout cet argent des contribuables semble aujourd'hui avoir été dépensé en vain.

Pourtant, à l'origine, tout les intervenants étaient prêts à investir pour que le secteur des transformations se développe en région. Au lieu d'être un simple réservoir de ressources au profit des grands centres, ces dernières pouvaient ainsi jouir de perspectives de développement viables. "Avec le lait, les gens ont réalisé qu'on se fait fourrer depuis trop longtemps!", explique Jean-Marc Crevier, représentant régional de la FTQ. "Pour l'aluminium et le bois, on se faisait dire qu'on était trop loin des marchés pour faire la transformation ici…alors quand ils nous ont dit ça pour le lait, on a dit franchement ça n'a plus d'allure." Le lait produit au Saguenay-Lac-St-Jean sera en effet à l'avenir transporté jusqu'à Granby pour être transformé, avant d'être retourné dans sa région d'origine pour être vendu. Situation d'autant plus frustrante qu'Agropur vient de se faire octroyer le contrat d'approvisionnement des Hôpitaux de la région en lait.

Vigilance 24 heures sur 24

Afin d'éviter que la compagnie ne vide l'usine de Chambord de ses équipements, lui faisant perdre du même coup toute valeur pour un éventuel acheteur ou un quelconque plan de relance, les producteurs locaux ont mis en place un siège de l'usine, qui se poursuit vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Les producteurs ont reçu l'appui de la population locale, de la mairie de Chambord et de syndicats dans l'opération. Malgré le fait qu'Agropur ait été frappée d'une injonction lui interdisant pour l'instant de vider l'usine de ses équipements, la coalition locale, peu confiante envers la coopérative, maintient le siège et tient bon. Une campagne d'achat local en ce qui a trait aux produits laitiers a aussi été mise en place et a connu un grand succès. Selon M. Crevier, "Les produits d'Agropur restent sur les tablettes".

Un comité a été formé pour planifier la relance de l'usine, et les gens de la région sont bien déterminés à ne pas abandonner la transformation du lait comme activité économique. Des ententes de confidentialité ont d'ailleurs déjà été signées entre le comité et Agropur, ce qui semble être un signe que les négociations progressent. Le Ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation a aussi annoncé qu'il soutiendrait les gens de la région et s'est montré intéressé à participer à un éventuel plan de relance de l'usine. À la lueur des informations qui circulent, les gens croient à la proche annonce d'une bonne nouvelle, peut-être même avant les Fêtes. Si elle se concrétise, les habitants de la région auront prouvé qu'une mobilisation populaire bien menée peut venir à bout des plus puissantes entreprises.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.