L'aut'journal
Le jeudi 23 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Vidéotron : les femmes ne lâcheront pas l'os.
N° 217 - mars 2003

Que viennent faire les artistes dans le monde des affaires et de la politique ?
Raôul Duguay*
Oui, c’est grâce à une soixantaine d’artistes et de citoyens mobilisés par l’opération Adoptez une rivière, que 30 des 34 chutes et rapides que le gouvernement s’apprêtait à concéder à des promoteurs privés ont été sauvés. Nous, artistes, avec les groupes environnementaux, les fédérations récréotouristiques et les comités de citoyens des municipalités, nous portons à la défense des rivières parce que nous croyons que la durabilité de notre environnement commence par une écologie de l’esprit, que protéger une rivière, protéger une forêt, c’est protéger un écosystème.

Est-ce « sentimentalité mystico-naturaliste » que de choisir la beauté de la vie comme valeur plus durable que le profit ? Faut-il attendre qu’il ne reste plus une seule chute « vierge » au Québec, pour comprendre enfin qu’elles n’ont pas de prix ? La sauvegarde d’une chute ne vaut-elle pas le sacrifice de quelques emplois ? Ne faut-il pas « économiser » le futur de la nature ? Et comme le disait un porteur d’eau, le philosophe Jacques Dufresne : « L’éthique est l’esthétique de l’âme, tandis que l’esthétique est l’éthique de l’environnement. »

Bétonner une rivière, c’est comme mettre un oiseau en cage. Une chute, c’est une cathédrale d’eau, c’est un sanctuaire de paix. L’exploiteur industriel regarde une chute en pensant à son énergie hydraulique. Le citoyen s’en approche le cœur palpitant. De la magnificence de la chute se dégage une énergie psychique, une force qui se répand dans son âme et lui procure la joie d’être en vie. Et la santé mentale des gens qui jouissent des beautés de la nature ne compte-t-elle pas dans les « affaires politiques » ?

L’ « affaire » des artistes, c’est de faire en sorte que l’art qu’ils pratiquent puisse ouvrir l’imaginaire collectif à des dimensions plus profondes et plus palpitantes que la pensée unique des industries privées qui font chanter les gouvernements. Les rivières et les forêts sont des biens publics qui appartiennent au peuple, qui font partie de notre culture, de notre patrimoine.

Souvent, bien avant les maîtres de ce monde, ce sont les artistes qui défendent les droits humains en commençant par le droit de vivre dans un monde sain. Que penser de l’action écologique des Rolling Stones qui font un spectacle-bénéfice pour appuyer le protocole de Kyoto ? N’est-il pas temps de cesser de prendre les artistes pour des « scribouilleurs », des rêveurs invétérés, des idéalistes et des curés ?

Certes, les artistes sont des rêveurs. Mais ce sont des rêveurs réveillés. Ils ont la tête dans le ciel pour voir venir l’avenir, les deux pieds sur terre pour réaliser leurs rêves et le cœur à la bonne place pour avoir le courage de persévérer dans leur foi en un monde meilleur. Les artistes ne font pas que divertir, ils avertissent.

L’ensemble de l’auditoire des artistes qui se mouillent avec Adoptez une rivière est probablement plus vaste que celui de n’importe quel parti politique. Les politiciens et les hommes d’affaires devraient porter plus de respect à l’opinion des artistes qui se sont engagés à défendre les rivières, les forêts et l’environnement, sans quoi ils pourraient en payer amèrement le prix. Auprès du public, la crédibilité des artistes n’est pas une chose virtuelle mais bien réelle. Parce que les artistes savent toucher le cœur des choses, ils savent toucher le cœur des gens. Et pourquoi les artistes, les scientifiques et les philosophes se prononcent-ils dans ces dossiers ? Parce que, créateurs de la beauté du monde, créateurs de la culture qui donne un sens au monde, ils veulent donner un sens à leur rapport avec la nature.

Imaginer un monde sans artistes, c’est voir l’effondrement de la culture et du patrimoine. Heureusement, les artistes sont les rêves vivants de ce monde. Sans eux, le monde n’aurait plus de rêves à rêver, plus de rêves à réaliser. Et tant pis pour le rêve économique de M. Généreux ! Celui des artistes est généreux : créer, protéger la beauté du monde ! Parole d’artiste, parole de citoyen !

*Parrain de la rivière au Tonnerre et porteur d’eau à Eau Secours ! Coalition pour une gestion responsable de l’eau.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.