L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Vidéotron : les femmes ne lâcheront pas l'os.
N° 217 - mars 2003
En plus de La Presse, Transcontinental imprimera dans sa nouvelle usine La Tribune, La Voix de l'Est et peut-être Le Nouvelliste
Dehors les pressiers !
Paul Cliche
La nouvelle imprimerie que Transcontinental achève de construire à Pointe-aux-Trembles, aux abords de l’autoroute Métropolitaine, ne servira pas qu’à imprimer le quotidien montréalais La Presse, mais aussi, dans un avenir assez rapproché croit-on, le quotidien sherbrookois La Tribune ainsi que celui de Granby, La Voix de l’Est. Il se pourrait bien également que l’impression du quotidien trifluvien Le Nouvelliste soit transférée à cette usine, d’ici à quelques années, même si Transcontinental est maintenant propriétaire de TR Offset à Trois-Rivières qui a imprimé ce quotidien jusqu’ici.

Ces derniers développements dans l’industrie québécoise des communications, qui subit un phénomène de concentration accélérée depuis quelques années, ont été révélés à l’aut’journal par le permanent Jean-Pierre Gallant, du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCCEP-FTQ). Ce dernier a confirmé que La Tribune avait, tout comme La Presse l’a fait auparavant, conclu un contrat de sous-traitance pour l’impression des quotidiens de Sherbrooke et de Granby que La Tribune a faite sur ses propres presses jusqu’ici. Les négociations avec le syndicat des pressiers et des expéditeurs y sont déjà commencées, a révélé M. Gallant.

Puis, accréditant une rumeur qui circule depuis la vente, en juillet 2002, à Transcontinental de TR Offset par Gesca, propriétaire du Nouvelliste, M. Gallant a dit lui aussi craindre que Transcontinental transfère l’impression du quotidien même si cette dernière est très performante et que les employés sont jeunes.

Pas de syndicat

Il faut comprendre que les employés de la nouvelle imprimerie de Transcontinental à Pointe-aux-Trembles seront beaucoup moins nombreux. N’étant pas syndiqués, ils commanderont des salaires et des avantages marginaux moins élevés. De plus, l’organisation du travail fera en sorte que la syndicalisation sera difficile parce que Transcontinental confiera ses opérations à des sous-traitants qui embaucheront eux-mêmes leurs employés. On vise à ce qu’il n’y ait pas de lien d’emploi légalement entre la compagnie et les pressiers qui ne jouiront désormais d’aucune sécurité d’emploi..

La construction de la nouvelle usine de Pointe-aux-Trembles, qui a débuté au printemps de 2002, est maintenant rendue à un stade avancé. Son coût a été estimé jusqu’ici à quelque 100 M$ avec l’équipement. Elle doit commencer à imprimer La Presse en septembre prochain.

Le permanent Gallant a aussi révélé à l’aut’journal qu’il y a un an Transcontinental avait aussi envisagé de transférer à Québec l’impression du journal Le Quotidien de Saguenay et de son édition dominicale, Le Progrès-Dimanche. Cette impression aurait été confiée à l’Imprimerie Canada, de Beauport, achetée de Gesca, propriétaire du Soleil de Québec, en juillet 2002.

Mais ce projet a été abandonné parce qu’il n’a pas été jugé rentable à cause de la distance entre les deux villes et des difficultés reliées à la traversée du parc des Laurentides. Transcontinental n’a donc pas acheté l’imprimerie saguenéenne. Par contre, en plus d’Imprimerie Canada et de TR Offset, il a alors acheté de Gesca, qui comme on le sait est une filiale de Power Corporation, l’imprimerie Qualimax de Gatineau qui appartenait au Droit d’Ottawa qu’il continue à imprimer.

Transcontinental imprime aussi le quotidien The Globe and Mail dans son usine de Mississauga en Ontario. Il est aussi en affaires avec un autre quotidien torontois, le National Post. Propriétaire de plusieurs hebdomadaires au Québec, notamment dans la région métropolitaine de Montréal, dans la Mauricie et au Saguenay-Lac-St-Jean, c’’est le principal imprimeur au Canada. Il compte plus de 130 presses en Amérique du Nord et plus de 20 000 employés au Canada, aux États-Unis et au Mexique. Son fondateur et principal dirigeant est Rémi Marcoux qui est originaire du village de la Beauce, St-Elzéar.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.