L'aut'journal
Le lundi 27 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Vidéotron : les femmes ne lâcheront pas l'os.
N° 217 - mars 2003

Le refus de la « busherie »
Élaine Audet
Le front du refus de la « busherie » a pris une ampleur sans précédent le 15 février avec plus de 10 millions de personnes dans le monde qui ont envahi les rues pour dire non à la guerre injustifiée contre l’Irak. Au Québec, plus de 150 000 personnes de toutes les générations, parmi lesquelles on reconnaissait un grand nombre d’artistes et de personnalités politiques, ont bravé le froid pour proclamer haut et fort leur attachement à la paix. Ce n’est pas un hasard si le Collectif Échec à la guerre est hébergé par la Fédération des infirmières et des infirmiers du Québec (FIIQ), les femmes n’ayant jamais cessé de lutter pour la paix, comme nous le rappelle la regrettée Simonne Monet-Chartrand dans son dernier livre, Les Québécoises et le mouvement pacifiste (1).

Bush et ses faucons nous parlent à satiété des 350 milliards de $ que coûtera leur « croisade contre le mal » et du nombre de militaires, de navires, d’avions et de bombes nécessaires pour vaincre, pourrait-on croire à les entendre, le seul Saddam Hussein, diabolisé en Hitler. Comme si les futures victimes de cet arsenal sans précédent étaient virtuelles. S’il y a une comparaison à faire avec la volonté hitlérienne de dominer le monde, elle conviendrait mieux à Bush qui ne craint pas de proclamer le droit des États-Unis, comme première puissance du monde, d’envahir tous les pays qu’il lui plaira pour y renforcer militairement son ordre économique mondial, assimilé à la défense de la démocratie !

Jusqu’à ce jour, les États-Unis sont le seul pays du monde qui a froidement utilisé des armes de destruction massive contre Hiroshima et Nagasaki. Sans compter les bombes à uranium appauvri dans les Balkans, l’anthrax et autres armes chimiques lors de la guerre du Golfe, contaminant impunément même leur propre armée. Aujourd’hui, le déversement prévu sur Bagdad de 600 à 800 missiles dans les deux premiers jours de la guerre égalera la force destructive de l’arme atomique. Les stratèges militaires américains n’écarteraient pas non plus l’utilisation d’armes nucléaires pour atteindre de présumées installations souterraines.

L’empire au-dessus des lois internationales

Les États-Unis possèdent le plus grand arsenal d’armes nucléaires, bactériologiques, chimiques et, s’affirmant au-dessus des lois internationales, refusent les inspections auxquelles ils veulent soumettre les autres pays. Ils ont refusé également de ratifier la plupart des traités internationaux dont le traité créant la Cour pénale internationale (CPI) afin de soustraire ses ressortissants à toute poursuite pour crime de guerre. Les seuls accords qu’ils signent sont ceux dits de « libre échange » qui leur permettent de s’emparer « légalement » de la richesse des autres. Telle est la démocratie du double standard qu’ils proposent au monde.

Les attentats du 11 septembre, dont plusieurs sources de renseignements auraient prévenu la CIA sans qu’étrangement celle-ci en tienne compte, sont venus à point nommé donner carte blanche à un président élu frauduleusement pour faire main basse sur le monde au nom de l’anti-terrorisme.

Le mouvement pacifiste ne cherche certainement pas à défendre le régime dictatorial de Saddam Hussein, mais comment accepter que, pour abattre un seul homme, il faille, comme on le prévoit déjà, faire de 60 000 à 90 000 morts, dès le premier jour, qui s’ajouteront au million et demi de victimes innocentes de la guerre du Golfe, aux bombardements américains ponctuels depuis douze ans et à l’embargo économique ?

Bombardier, Bissonnette, même combat !

On ne peut s’empêcher, en lisant les commentaires de Denise Bombardier sur les lieux communs, les simplifications abusives, les préjugés, l’angélisme, l’ignorance historique, et j’en passe, que charrieraient les pacifistes (2), de se rappeler l’éditorial de Lise Bissonnette, deux jours après le déclenchement de la guerre du Golfe, le 19 janvier 1991, qui parlait elle aussi de clichés, de préjugés, de discours pacifiste à la guimauve, manichéen et aveugle, d’ignorance et d’antiaméricanisme. (3)

Ces deux journalistes chevronnées ont la mémoire sélective. Hier comme aujourd’hui, la vaste entreprise américaine de manipulation de l’opinion publique ne mérite pas leur attention. Comment oublier le témoignage d’une infirmière jurant que les soldats irakiens avaient débranché des enfants dans des couveuses, alors qu’en réalité, c’est la fille de l’ambassadeur du Koweït qui avait enregistré ce témoignage à Washington ? Dans la même foulée, on a eu droit à un cormoran breton présenté comme oiseau du Golfe victime de la « marée noire » et à une multitude d’images filmées préalablement visant à nous convaincre de la véracité des « frappes chirurgicales » sans victimes. (4)

La censure par George W. Bush du récent et volumineux rapport des inspecteurs en Irak avant de le remettre aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies ne devrait-elle pas préoccuper les journalistes dignes de ce nom ? N’y aurait-il pas lieu de s’interroger également sur Colin Powell qui, pour justifier l’attaque contre l’Irak, cite un rapport des services de renseignements anglais qui s’avère un plagiat de la thèse d’un étudiant basée sur des données d’il y a douze ans ! (5) On se demande de quel côté est « l’ignorance historique » quand on juge plus important de pourfendre les pacifistes que de dénoncer les manipulations passées et présentes pour justifier la guerre.

(1) Simonne Monet-Chartrand, Les Québécoises et le mouvement pacifiste (1939-1967), Montréal, Écosociété, 1993.

(2) Denise Bombardier, « La guerre aux clichés », Montréal, Le Devoir, 25.01.03.

(3) Lise Bissonnette, « La paix, sans l’ignorance », Montréal, Le Devoir, 19.01.91.

(4) Le Monde Diplomatique, Médias, sociétés et démocratie, Mai 1991.

(5) Reuters/Associated Press, « Tony Blair accusé de plagiat et de propagande », Le Devoir, 8.02.03.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.