L'aut'journal
Le mercredi 16 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La relève de la garde
N° 207 - mars 2002

Grève générale pour sauver GM ?
Pierre Dubuc
« Nos gens sont sortis mobilisés et déterminés de leur rencontre avec les travailleurs de GM. Je pense sérieusement qu'on serait prêt, si c'est bien expliqué, à faire une grève générale symbolique contre la fermeture de GM. Ça pourrait être la demi-heure GM », de nous dire Alain Proulx, président du puissant syndicat des travailleurs de l'Alcan au Saguenay.

Pour Alain Proulx, la survie de l'usine de Boisbriand est cruciale. « On vient d'annoncer la création d'une usine de fabrication de roues en aluminium. C'est bien, si ça se réalise. Mais, on n'ira pas loin dans la fabrication de pièces, si on ferme la seule usine d'assemblage au Québec. Ce n'est pas qu'une usine, c'est tout un secteur industriel qui est en cause », ajoute-t-il en faisant référence aux 8 000 directs et indirects menacés par la fermeture de l'usine.

Luc Desnoyers, le directeur québécois des TCA, est du même avis. « La part du Québec dans l'industrie des pièces n'est que de 3 %. C'est insignifiant. Surtout que le Québec est un des plus grands producteurs mondiaux d'aluminium, un matériau de plus en plus important dans la fabrication des voitures. On devrait avoir au moins 15 % du marché de la fabrication des pièces. Et trois usines d'assemblage de la taille de GM. Après tout, on représente 25 % du marché canadien de l'automobile. En tout, c'est 20 000 à 25 000 jobs que nous devrions avoir », déclare-t-il.

Un accueil extraordinaire, partout à travers le Québec

Ce message Luc Desnoyers et Sylvain Demers, président du syndicat de l'usine de Boisbriand, l'ont porté aux quatre coins du Québec avec d'autres travailleurs de l'usine. « On a rencontré 10 000 personnes, nous dit Luc Desnoyers. À ce jour, on a 590 résolutions d'appui de conseils municipaux et 61 000 personnes ont signé notre pétition. Plus de 65 000 cartes ont été envoyées au Premier ministre Chrétien pour qu'il mette ses culottes et agisse dans ce dossier ».

Desnoyers et ses collègues ont été chaleureusement accueillis par plusieurs organisations syndicales dont le conseil général de la CSQ. Marc Laviolette, le président de la CSN, a déclaré lors de l'assemblée publique tenue à l'aréna de Boisbriand que « les Québécoises et les Québécois doivent se tenir aux côtés des travailleurs de l'usine GM pour que les gouvernements agissent et forcent la direction de GM à réviser sa décision ». En tenant compte du nombre de personnes que ces organisations représentent, Luc Desnoyers conclut 0 « C'est plus de 2 millions de personnes qui sont solidaires de notre lutte. »

Forts de cet appui, les TCA vont faire du lobby, au cours des prochaines semaines, auprès des députés et des membres du cabinet Chrétien pour qu'ils interviennent auprès de la multinationale américaine. Mais Desnoyers nous promet pour bientôt d'autres actions syndicales sur le terrain.

Une réponse à la mesure des enjeux

Au moment où le gouvernement monte les régions les unes contre les autres avec ses subventions aux alumineries et des mesures fiscales différenciées - ce qui a naturellement pour effet de diviser les travailleurs entre eux - la proposition du président du syndicat de l'aluminium d'Arvida mérite considération.

L'extraordinaire capital de sympathie qu'a rencontré la caravane des travailleurs de GM lors de leur tournée du Québec pourrait permettre de surmonter les divisions s'il était canalisé dans un ambitieux projet québécois de développement de l'industrie automobile. Les ressources naturelles sont là, de même que la main-d'œuvre qualifiée. Ne manque que la volonté politique.

Pour sensibiliser la population, les pétitions et les assemblées publiques sont des outils efficaces. Mais pour faire entendre raison aux gouvernements et aux dirigeants d'entreprise, Alain Proulx a raison 0 rien ne remplace la grève générale.

Les conséquences de la fermeture de l'usine de GM sur l'économie du Québec sont telles, qu'il faut une réponse à la mesure de ces enjeux.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.