L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le vol de l'été se poursuit
N° 192 - septembre 2000

Le Cheval blanc à la rescousse du chevalier cuivré
Richard Lahaie de Trois-Rivières
Lors de la restauration du barrage de Saint-Ours en 1967 par Transport Canada, l’ancienne passe migratoire fut éliminée. Le barrage (propriété du gouvernement canadien) bloque depuis 33 ans la migration de plusieurs espèces de poissons de la rivière Richelieu. Le chevalier cuivré, une espèce menacée de disparition, est privé d’accès aux frayères du bassin de Chambly.

Le gouvernement d’Ottawa viole ainsi sa propre Loi sur les pêches, l’article 27 stipulant qu’il est interdit d’endommager ou d’obstruer une passe migratoire. Rappelons qu’une passe migratoire est une infrastructure (série de petits bassins) qui permet aux poissons de franchir un obstacle érigé en travers d’un cours d’eau.

La nécessité d’ériger une passe migratoire au barrage de Saint-Ours a été reconnue par le ministre des Pêches et Océans, et le ministère a déjà déboursé plus de 100 000 $ dans la préparation des plans et devis à cet effet. Initialement prévue pour l’automne 1998, la construction de la passe migratoire a été constamment reportée.

Le Projet Rescousse

Afin d’éviter le report du dossier d’une autre année, une action en vue de sensibiliser la population, connue sous le nom de Projet Rescousse, a été entreprise en juin dernier lors du Mondial de la bière, soit avant la date-butoir du 1er juillet pour les appels d’offres. En plus des engagements de la Société de la faune et des parcs du Québec (300 000 $), d’Environnement Canada (200 000 $), de Pêches et Océans Canada (200 000$) et de la Fondation de la faune du Québec (50 000 $), le Projet Rescousse y est même allé d’un don de 1 113 $ correspondant au profit réalisé durant le Mondial de la bière.

L’action du Projet Rescousse au Mondial de la bière illustrait bien les deux objectifs de l’organisme 0 d’abord sensibiliser le public à la sauvegarde des espèces menacées et récolter des contributions, même modestes, à cet effet. Depuis un an et demi, le Projet Rescousse a amassé et versé plus de 13 500$ au fonds Partenaire pour la biodiversité de la Fondation de la faune du Québec grâce à la vente de la bière Rescousse.

La bière Rescousse est disponible uniquement dans les succursales de la SAQ. Pour chaque bouteille vendue, une redevance est directement versée par la micro brasserie Les Brasseurs RJ (anciennement Le Cheval Blanc) à la Fondation de la Faune du Québec.

La passe construite cet automne

Pour en revenir au chevalier cuivré, soulignons qu’un véritable coup de théâtre s’est produit au début juillet, alors que, aux quatre organismes ayant déjà confirmé leur participation financière, se sont ajoutées Parcs Canada (300 000 $), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (200 000 $), Transports Canada (165 000 $) et le Projet Rescousse (1 113 $). Le montage financier s’élève à 1,4 million $, soit plus de 83% du 1,7 million $ nécessaire à la construction de la passe migratoire. Celle-ci sera construite à l’automne 2000.

Le Projet Rescousse est animé par deux biologistes 0 Alain Branchaud et Andrée Gendron. Un site Internet permet d’en savoir davantage sur le Projet Rescousse et ses réalisations (www.rescousse.qc.ca).

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.