L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Depuis la charte, l'État c'est nous !
N° 208 - avril 2002

Vaillancourt et la matière humaine
Michel Lapierre

Livre 0 Jouer avec le feu 0 Armand Vaillancourt, sculpteur engagé



En décembre 1965, rue Frontenac, au nord de la rue Rachel, arrivent trois voitures de pompiers et cinq voitures de police. Un grand bruit vient de se faire entendre et un jet de 250 kilos de métal brûlant vient de s'élever jusqu'à quinze mètres dans le ciel de Montréal. Un sculpteur hirsute a réussi beaucoup mieux que prévu sa «démonstration théâtrale de coulage de bronze » devant un public sidéré. Même les gens qui ne sont jamais entrés dans un musée et n’ont jamais ouvert un livre d'art le connaissent. Dans l'est de Montréal, cet ouvrier peu ordinaire est déjà une légende.

« Montréal était mon atelier, dira Armand Vaillancourt. C'est pourquoi je n'ai pas voulu aller à Paris quand Zadkine m'a invité à y aller en 1957. Je sentais que pas un seul lieu au monde pouvait me fournir autant de matériaux que Montréal. » Même en Ontario et aux États-Unis, Vaillancourt est viscéralement montréalais et québécois. En 1967, à l'occasion du centenaire de la Confédération, il réalise à Toronto une sculpture monumentale de trois cent quarante tonnes d'acier coulé qu'il intitule tout naturellement Je me souviens. C'est un scandale. Vaillancourt doit louer huit camions à remorque pour transporter Je me souviens au Québec. En 1971, il achève à San Francisco une sculpture-fontaine gigantesque sur laquelle il peint en rouge les mots Québec libre ! Durant son séjour en Californie, il défend aussi les droits des Amérindiens, des Noirs et des Latino-Américains, en plus de condamner la guerre du Vietnam.

Ses convictions, Vaillancourt ne les exprime pas dans sa sculpture. Ce serait trop facile. Il fait de sa sculpture même des convictions géologiques, une participation totémique à la nature, une expression à la fois préhistorique et révolutionnaire de la vie. Cela se sentait dès la création, en 1955, de L'Arbre de la rue Durocher, la première sculpture abstraite québécoise digne de ce nom. Vaillancourt est lui-même une sculpture, une sculpture vivante dans son armure et sur son cheval. Il défie les lois rétrogrades de la sémiotique et le pesant conservatisme de la postmodernité. Sculpteur populaire, Armand Vaillancourt crève de sa lance le Parachute de Chantal Pontbriand et proclame, par ses œuvres, qu'une époque qui ne reconnaît plus le génie ne reconnaît plus l'humanité.

Jouer avec le feu 0 Armand Vaillancourt, sculpteur engagé, John K. Grande, Lanctôt, 2001

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.