L'aut'journal
Le vendredi 24 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Depuis la charte, l'État c'est nous !
N° 208 - avril 2002

L’amour est un chien d’enfer
Renaud Germain

Livre 0 Début et fin d'un espresso



Andy Beyond est un écrivain qui regarde par sa fenêtre la pluie tomber. L'été a beau s'annoncer chaud, il se sent absent, craintif, angoissé. Mais surtout perdu. S'en suivront diverses dérives nocturnes, autant dans la défonce, avec entre autres son ami Mac Dudeuil, que dans les baises, surtout avec Beauté, une strip-teaseuse un peu fatiguée. Dans le passage de la saison, quelques voyages, quelques souvenirs, quelques pensées, et des discussions entre amis et voisins.

Le premier roman d'Alexandre Laferrière est fracassant. Habilement construit, subtilement profond, critique de la littérature qui se pense et de celle qui se vit, avec des scènes qui s'échappent du cliché convenu, drôle, tendre, beau, on est aux oiseaux. C'est Social zéro de Stéphane de Foy, sans la rancœur belliqueuse, c'est plus poétique que le premier roman de Patrick Brisebois, Que jeunesse trépasse, et moins en délire verbal que Valium, de Christian Mistral. Pour ceux qui ont absolument soif d'être.

Début et fin d’un espresso, Alexandre Laferrière, Triptyque, 2002

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.